10 ans après Walkerton, l’accès à une eau saine n’est toujours pas assuré au Canada

Il y a dix ans, dans la ville de Walkerton, Ontario, au Canada, la contamination du réseau d’eau municipal par lka bactérie E. Coli entraînait la mort de sept personnes et des malaises chez des dizaines d’autres. Aujourd’hui, alors que le nouveau gouvernement de l’Etat célèbre cet anniversaire par le passage d’une nouvelle loi sur l’eau, un groupe d’ONG et d’experts publie un rapport qui démontre que l’accès à une eau saine reste toujours problématique pour de nombreux Canadiens.

JPEG - 19.9 ko
photo OntCopper, creative commons, by-nc-nd

Un rapport élaboré par un ensemble d’ONG et de groupes d’experts, intitulé Seeking Water Justice : Strengthening legal protection for Canada’s drinking water, rappelle que le Canada, à la différence des Etats-Unis, ne dispose pas de standards nationaux de qualité de l’eau, et que ceux qui existent sont souvent particulièrement faibles par rapport aux normes états-unienne, européenne ou australienne. Il existe en conséquence de fortes inégalités en termes de qualité de l’eau disponible pour les urbains d’une part, les communautés rurales et les "Premières Nations" de l’autre, qui doivent vivre en permanence avec une eau souillée.

Lire le Sommaire exécutif de ce rapport. Voir aussi ici.

La responsabilité du gouvernement d’alors, une coalition entre Progressive et Conservateurs peu sensible aux besoins environnementaux et sanitaires de la population ontarienne, avait été fortement mise en cause dans cette tragédie. Le nouveau gouvernement de l’Etat, emmené par les Libéraux, a annoncé à cette occasion une nouvelle loi sur l’eau destinée à favoriser les économies de cette ressource, empêcher les exportations d’eau, mais aussi et surtout développer le secteur des technologies de l’eau. (Voir l’article du Toronto Star).

Recherche géographique

Recherche thématique