Climat et ressources en eau : le "message des glaciers"

Dans la dernière livraison de la New York Review of Books, un article d’Orville Schell fait le point sur l’état des connaissances concernant les glaciers himalayens et les menaces qui pèsent sur leur avenir, et par là sur les ressources en eau des populations d’Asie du Sud et de l’Est.

JPEG - 45.6 ko
Photo Amar Chandra, licence Creative Commons

L’article est lisible ici.

Orville Schell est un journaliste engagé qui travaille aujourd’hui essentiellement sur la Chine. Il préside l’Asia Society, qui avait rendu public il y a quelques mois un reportage photo comparatif sur l’état des glaciers de l’Himalaya au début du XXe siècle et aujourd’hui.

Il fait suite à la polémique suscitée par les "climato-sceptiques" sur le rythme de fonte des glaciers himalayens - polémique qui cherchait à faire oublier que si la rapidité de la fonte des glaciers est sujette à débat, la réalité de la fonte ne l’est pas. (Voir Fonte des glaciers himalayens : des discours trop alarmistes ?.)

Pour un tableau général des conséquences du changement climatique sur l’Himalaya et sur les ressources en eau des grands pays asiatiques, depuis le Pakistan jusqu’à la Chine, lire sur ce site L’Himalaya, le changement climatique et la géopolitique de l’Asie.

Orville Schell rappelle utilement que tous les grands fleuves d’Asie dépendent de l’eau de fonte des glaciers à des degrés divers, et particulièrement (et crucialement pour les peuples concernés) durant la saison sèche.

L’article comporte aussi des précisions utiles sur l’autre menace qui, en plus du réchauffement global, pèse sur les glaciers : le "nuage brun" de pollution issu des combustibles utilisés par les populations pauvres asiatiques (carburants et biomasse). Les particules de suie noire portées par la mousson seraient en train de s’accumuler dans les glaciers et d’accélérer le processus de fonte en accumulant la chaleur du soleil.

Recherche géographique

Recherche thématique