La multinationale indienne Tata lance un purificateur d’eau à destination des populations rurales pauvres

Le conglomérat géant indien Tata a lancé en décembre 2009 un purificateur d’eau à bas coût appelé "Tata Swach" (swach signifie "propre" en hindi), présenté comme la réponse aux problèmes de potabilisation de l’eau pour les populations rurales pauvres. En lançant ce produit innovant, l’entreprise se positionne sur un marché potentiellement rémunérateur.

photo Sebastian Joseph, licence CC
Le Tata Swach fonctionne sans électricité, à partir d’une technologie de nano-filtration utilisant des déchets issus du traitement du riz et des nanoparticules d’argent. Pour un coût inférieur à 1000 roupies (20 euros), ce dispositif de filtrage a une durée de vie estimée à 3000 litres, soit 200 jours pour une famille rurale de 5 personnes, après quoi il devra être remplacé.

Les cadres de Tata ne manquent pas de clamer partout qu’ils arriveront ainsi à résoudre le problème de l’accès à l’eau potable, un problème sur lequel le gouvernement indien (et il est loin d’être le seul) se casse les dents depuis toujours. Tata prévoit de lancer son produit sur le marché africain après qu’il ait fait ses preuves en Inde.

Reste à voir ce qu’il adviendra réellement de ce produit, prévu pour être écoulé à des millions d’exemplaires dans les prochains mois.

Lire la dépêche AFP ainsi que les commentaires de SciDev.net, qui publie régulièrement des articles (pas toujours suffisamment critiques) sur l’usage des nanotechnologies pour le traitement de l’eau.

Recherche géographique

Recherche thématique