Pertes d’eau sur les réseaux français : le JDD publie des chiffres calamiteux

Dans son édition du 8 novembre 2009, le Journal du Dimanche publie une enquête édifiante sur les taux de pertes d’eau dans les réseaux des grandes villes françaises.

photo : drw25, licence CC
Le journal publie un classement des villes les plus mal loties de ce point de vue (Nîmes à 41%, Rouen à 32%, Avignon à 35%) et des bons élèves (Paris à 3,5%, Rennes à 5%).

Les grandes multinationales françaises de l’eau, Veolia et Suez, qui gèrent 70% des communes concernées, renvoient la responsabilité de la situation aux élus locaux, mais il est clair que l’impératif de rentabilité n’encourage pas à mener les investissements et la maintenance nécessaires. Paris, Tours, Reims, Limoge, La Rochelle, gérées par le public, affichent de 3 à 12 % de fuites. Marseille, Lille, Antibes, Brest, Montpellier, Dijon, Bordeaux, Nice, Toulon, gérées par le privé, affichent de 17 à 27% de fuites - sans parler d’Avignon et Nîmes, elles aussi gérées par Veolia et la Saur.

Le coût de ces pertes est estimé à 2 milliards d’euros par an. De nombreux observateurs estiment qu’elles demeurent très certainement sous-estimées.

Lire l’enquête sur le site du JDD.

Recherche géographique

Recherche thématique