Philippines : les populations pauvres expulsés au nom de l’eau

L’Institute for Popular Democracy (IPD), une ONG philippine révèle qu’à la suite des typhons qui ont frappé le pays (dont récemment le typhon Ondoy), les populations urbaines pauvres des bidonvilles qui entourent Manille ont été "expulsées" vers la périphérie au nom de la protection des cours d’eau urbains contre la pollution (notamment par les eaux usées) et de la prévention des inondations. Parallèlement, la construction d’un nouveau barrage pour alimenter la ville suscite des protestations.

JPEG - 26.9 ko
photo Rock Portrait Photography, creative commons
http://www.flickr.com/photos/hrdrck/3784029515/

L’IPD ne manque pas de souligner que ce sont les industries et les ménages aisés qui sont les principaux responsables de la pollution des cours d’eau urbains, mais qu’ils sont évidemment bien plus difficiles à déloger... Lire ici le "discussion paper" de l’IPD à ce sujet.

Cette publication a incité l’IPS (Inter-Press Service) a publier un article complet sur la question (lisible ici), qui présente le cas d’une de ces familles déplacées au nom de l’environnement.

On rappellera que Manille fait partie des cas emblématiques de grandes villes du Sud où l’eau a été privatisée à la fin des années 90 9lire Les mésaventures des multinationales de l’eau dans les villes du monde), ce qui n’a pas entraîné d’améliorations notables en termes de connexion au réseau d’égouts (5% de connexion, selon l’article) ou de réduction des pertes d’eau sur le réseau.

Au lieu de résoudre ces problèmes et notamment de s’attaquer au taux de perte (ce qui faisait pourtant partie de leurs obligations dans le contrat de privatisation), les deux entreprises privées de l’eau qui se partagent la zone métropolitaine de Manille poussent en faveur de la construction d’un nouveau barrage, le barrage de Laiban, pour augmenter l’offre disponible.

De nombreuses organisations sociales militent contre ce projet de barrage, qui serait rendu inutile par une vraie politique de réduction des pertes, et qui ne représente qu’une nouvelle occasion de privatiser les ressources et d’augmenter le prix de l’eau. Voir par exemple la position de la Freedom from Debt Coalition

Recherche géographique

Recherche thématique