Brésil : feu vert pour le mégabarrage de Belo Monte en Amazonie

L’IBAMA, agence environnementale fédérale du Brésil, vient de délivrer l’autorisation officielle de lancer le projet de mégabarrage de Belo Monte, sur le Xingu en Amazonie. Cette décision intervient après trois mois de tergiversations et de controverses, marqués par de nombreuses manifestations, notamment des peuples indigènes affectés, et par la démission de deux fonctionnaires de l’IBAMA.

Photo Pedro Martinelli, licence Creative Commons
Le barrage de Belo Monte sera le troisième du monde en termes de capacité, après celui des Trois Gorges en Chine et celui d’Itaipu, au Sud du Brésil à la frontière avec le Paraguay. Sa construction s’inscrit dans un vaste plan d’exploitation des ressources naturelles de l’Amazonie et de renforcement de la sécurité énergétique du pays, plan qui fait la part belle à la construction de barrages tous plus controversés les uns que les autres. En plus de celui de Belo Monte, lire sur ce site Les barrages du Rio Madeira : une certaine conception du développement de l’Amazonie.

Les détracteurs du projet doutent que celui-ci, qui implique en fait la construction de plusieurs barrages et des travaux d’excavation équivalents au creusement du canal de Panama, ait été bien conçu en termes d’ingénierie et remplisse toutes ses promesses en termes énergétiques. Nombre d’observateurs jugent que l’impact environnemental du barrage a été sous-estimé de manière flagrante (d’où tensions et pressions au sein de l’IBAMA). Au final, les bénéfices à attendre ne seraient pas à la hauteur des conséquences environnementales et sociales prévisibles.

Les autorités brésiliennes, quant à elles, assurent que 800 millions de dollars US seront consacrés à la mitigation de l’impact environnemental et social du barrage, qui entraînera le déplacement forcé de 12 000 personnes selon leur estimation (les opposants avancent quant à eux celui de 30 000, sans compter tous les impacts environnementaux qui pourraient entraîner indirectement des migrations supplémentaires). D’après les déclarations officielles brésiliennes, ces déplacés se retrouveront dans une meilleure situation puisqu’ils bénéficieront de la civilisation ... à la fin du projet.

Photo Monti Aguirre - International Rivers, licence Creatice Commons.

Les populations indigènes, les écologistes, l’évêque de la région et même le ministère public local s’opposent à ce projet et ont annoncé qu’ils poursuivront leurs manifestations et actions judiciaires, qui ont jusqu’ici réussi à bloquer un projet dans les cartons depuis 40 ans.

Lire ici et ici les dépêches AFP en français.

Voir en anglais les commentaires du Guardian et du portail de l’eau Circle of Blue.

Voir ici en anglais et ici en portugais le communiqué d’International Rivers, qui soutient les populations locales dans leur lutte. Ce communiqué reprend tous les arguments essentiels en défaveur du barrage.

Sur l’actualité passée des barrages au Brésil, voir sur ce site ici, ici et ici.

Recherche géographique

Recherche thématique