Kenya : une assurance sécheresse pour les activités pastorales grâce aux images satellite

Un institut de recherche international vient de dévoiler un programme d’assurance contre la sécheresse à destination des populations pastorales de la Corne de l’Afrique, dont l’activité (et la survie) ont été sévèrement affectés par le manque d’eau ces dernières années. La spécificité de ce programme est de s’appuyer sur des images satellite pour évaluer l’état des ressources en eau et déclencher le cas échéant le paiement des primes.

JPEG - 12.4 ko
photo Oxfam International, sous licence creative commons

Le Kenya a souffert ces dernières années de sécheresses répétées. Parmi les victimes les plus directes de ces événements climatiques figurent en premier lieu les populations pastorales, qui ont vu leurs troupeaux décimés et les incidents violents se multiplier autour des points d’eau. (Sur ces questions et le contexte général, voir sur ce site Les modèles de développement à l’épreuve de la sécheresse et du climat. L’exemple du Kenya ainsi qu’ici et ici.)

Aujourd’hui, l’International Livestock Research Institute (ILRI), en lien avec plusieurs autres organisations internationales et en partenariat avec des multinationales comme Syngenta, vient de finaliser sa proposition d’assurance à destination des éleveurs traditionnels. L’utilisation d’images satellite pour évaluer le taux d’humidité de l’air et du sol permet de contourner les difficultés matérielles que ne manquerait pas d’entraîner un programme d’assurance classique. Au lieu de se déclencher à partir du décès d’un certain nombre d’animaux (ce qui serait impossible à constater avec certitude et rapidement), le paiement des primes d’assurance se déclenchera à partir d’un certain niveau de sécheresse globale. Une expérience pilote a été lancée dans le Nord du Kenya.

Lire en français la dépêche de l’AFP, ainsi qu’en anglais les articles du Guardian et de SciDev.net.

Sur l’utilisation de l’imagerie satellitaire dans la gestion des ressources en eaum voir ici, ici, ici et ici.

Si la mise en place de dispositifs d’assurance adaptés doit effectivement jouer son rôle dans les stratégies d’adaptation à la sécheresse et au changement climatique, on ne peut manquer de remarquer qu’une nouvelle fois c’est l’instrument financier qui se met en place le plus facilement. En ce qui concerne les autres types de réponses à apporter à la situation des populations rurales de cette région du monde (sécurisation des droits, sécurité sociale), les avancées sont inexistantes.

Recherche géographique

Recherche thématique