Les industriels de l’eau et la Banque mondiale annoncent des hausses du prix de l’eau et une relance des privatisations

Selon un double article paru dans le Guardian, le monde des industriels de l’eau et des institutions financières internationales ont engagé une véritable campagne en faveur d’une hausse générale du prix de l’eau et (l’un amenant l’autre) d’une relance du processus de privatisation de ce service, présentés comme inévitables malgré leur "impopularité".

JPEG - 24.8 ko
photo captspaulding, creative commons
http://www.flickr.com/photos/captspaulding/2516946527/

Les deux articles (ici sur la hausse du prix de l’eau et ici sur les privatisations) font suite à une série de rapports et de séminaires qui, ces derniers jours et ces derniers mois, ont remis ces questions au premier plan.

La hausse généralisée du prix de l’eau (et la fin des diverses formes de "subventions" à son usage agricole ou domestique) est présentée comme la conséquence inévitable des problèmes d’accès et de rareté de la ressource, ainsi que des besoins de renouvellement des infrastructures même dans les pays du Nord (lire La menace d’une privatisation de l’eau pèse sur plusieurs villes des Etats-Unis et ici).

Sur le problème du prix de l’eau et sur la tendance à passer trop rapidement de l’idée du coût de l’eau à celui d’un nécessaire recouvrement total des coûts auprès des usagers et d’une suppression des "subventions", et ensuite à une logique de privatisation, lire la synthèse L’eau doit-elle avoir un prix ?. Voir aussi Gouvernance de l’eau : l’évolution des modèles au niveau international et Le droit à l’eau, réaliste seulement pour les multinationales ?.

En fait, les "subventions" en question peuvent correspondre à des objectifs politiques légitimes, et la logique de recouvrement intégral des coûts de l’eau auprès des usagers apparaît de moins en moins comme la panacée.

Les besoins d’accès et de renouvellement des réseaux constituent la raison principale pour laquelle l’industrie de l’eau et les institutions financières internationales attendent et espèrent une relance du processus de privatisation de l’eau, en ciblant principalement les pays "ouverts au marché" comme la Chine, après le reflux du début des années 2000. (Lire Les mésaventures des multinationales de l’eau dans les villes du monde.)

Recherche géographique

Recherche thématique