L’émergence d’un commerce international de l’eau ?

Une entreprise basée en Alaska vient de rendre public un montage commercial inédit, et présenté comme pionnier, consistant à exporter de grandes quantités d’eau par tankers vers une usine indienne, où elle serait mise en bouteille et revendue aux consommateurs du Proche-Orient.

JPEG - 19.2 ko
photo righto...., flickr, cc-by

Le portail états-unien de l’eau Circle of Blue a mené l’enquête sur cette initiative : voir ici l’article de synthèse, ainsi qu’ici sur la réaction des populations locales et ici sur le contexte local de l’Alaska.

Les projets d’exportation d’eau à l’échelle commerciale sont en ligne de mire depuis des années déjà, mais se trouvent généralement ralentis ou annihilés du fait des difficultés logistiques (l’eau est très lourde à transporter) et politiques (la résistance des populations locales), et tout simplement parce que l’existence de droits privés sur la ressource en eau demeure l’exception au niveau mondial. (Lire sur ce site l’article de synthèse Les voyages de l’eau.)

La région des Grands lacs nord-américains a longtemps focalisé les principales tensions à ce sujet. La vente ou l’appropriation de l’eau de l’Amazone, ou encore celle de petite îles comme Fidji ou d’autres, ont également été l’objet de polémiques.

L’originalité du montage commercial décrit dans le reportage de Circle of Blue réside dans sa complexité, puisqu’il implique des partenaires et des acteurs dans plusieurs régions du monde en fonction des "avantages comparatifs" : entre ceux qui ont le plus d’eau à vendre et ceux qui sont le plus en demande d’achat d’eau, on passe par l’Inde, où les usines d’embouteillage sont aussi répandues que controversées.

Le reportage donne la parole à plusieurs industriels qui pensent que de telles opérations seront amenées à se multiplier à l’avenir.

Recherche géographique

Recherche thématique